content header

Qui? Ou? Comment?

Le don de sang

“J’ai envie de donner mon sang mais je suis un peu douillet… et j’ai peur d’attraper une infection. C’est dangereux un don du sang ? ”

Karim, 18 ans.

Absolument pas ! Le don du sang est sans risques et indolore ! Une fois essayé, on n’a plus jamais peur de recommencer !

QUI ?

Le don du sang est possible de 18 à 70 ans à raison de 6 fois par an pour les hommes âgés de moins 60 ans, et de 4 fois par an pour les femmes et pour les hommes de plus de 61 ans. Quelques éléments de la Check list :

- avoir + de 18 ans

- peser + de 50 kg

- ne pas souffrir d’anémie

- ne pas être sujet à un diabète insulino-dépendant

- ne pas suivre de traitement pour les crises d’épilepsie

- ne pas être enceinte ou avoir accouché il y a moins de 6 mois

A noter : ces contre-indications ne sont pas exhaustives. Seul le médecin de l’Etablissement Français du Sang peut, à la suite de l’entretien médical (dont l’objectif est de garantir la sécurité du donneur et du receveur), déterminer votre aptitude au don.

OÙ ?

Rendez vous sur www.laurettefugain.org ou sur http://www.dondusang.net pour localiser d’un clic le centre de collecte, fixe ou mobile, le plus proche de chez vous !

COMMENT ?

En se rendant dans un centre hospitalier équipé ou dans une station de collecte mobile. Cela ne prendra pas plus de deux petites heures, et rien ne vous empêche d’y aller entre amis… au contraire !

Une fois sur place, les équipes s’occupent de tout ! Après un examen préliminaire, le sang du donneur est prélevé à l’aide d’un matériel stérile, à usage unique. Pendant le prélèvement, libre à lui de s’occuper comme il l’entend : discuter avec ses amis, écouter de la musique… Après le prélèvement, c’est le quart d’heure des gourmands : une collation est servie pour redonner de l’énergie au donneur.

 

Quelques heures plus tard, le corps a déjà compensé le sang prélevé… et le donneur a repris depuis longtemps le cours de sa journée !

 

Le don de plaquettes

“C’est plus facile de se motiver à plusieurs, et d’encourager les indécis. Après tout ce n’est pas plus long qu’un cinéma ou un brushing !”

Faiza, 18 ans

QUI ?

Le don de plaquettes est possible pour toutes les personnes en bonne santé, âgées de 18 à 65 ans !

La checklist :

- être en bonne santé

- être âgé de 18 à 65 ans

- peser au minimum environ 50 kgs

- attendre au minimum 1 mois entre chaque don

- on peut effectuer 12 dons par an

OÙ ?

Les dons se déroulent, sur rendez-vous, dans les centres de transfusion présents dans tous les hôpitaux.

www.laurettefugain.org

COMMENT ?

Le prélèvement dure environ 2 heures. Confortablement installé, votre sang est prélevé et passe par un séparateur de cellules qui va isoler et collecter vos plaquettes, puis vous restituer globules rouges et globules blancs.

Complètement sécurisé, le don de plaquettes nécessite un kit de prélèvement à usage unique.Le don est indolore et sans risques.

 

Le don de plasma

“J’ai découvert récemment que j’étais de groupe AB et donc donneur universel en plasma ! Quand je serai majeur, j’en profiterai pour donner régulièrement ! »

Julien, 17 ans.

QUI ?

Le don de plasma est possible entre 18 et 65 ans. Tous les donneurs en bonne santé peuvent donner, mais certains sont plus recherchés :

WANTED Les individus de groupe AB, donneurs universels en plasma. (Leur plasma peut être transfusé à tous les malades). Les individus de groupe B sont également particulièrement recherchés pour ce type de dons.

OÙ ?

Le don de plasma s’effectue sur rendez-vous, à prendre auprès de l’EFS le plus proche de chez vous.

COMMENT ?

La technique dite de plasmaphérèse consiste à prélever 600 ml de plasma grâce à un séparateur de cellules et à un kit stérile, à usage unique. Le sang est prélevé puis séparé pendant le don par une technique de centrifugation : le plasma est recueilli et les cellules (globules rouges, globules blancs et plaquettes) sont rendues au donneur par la même voie.

 

Le don de moelle osseuse

“J’ai bénéficié d’une greffe de moelle osseuse il y a un an. Je ne saurai jamais grâce à qui je suis en vie, mais aujourd’hui je le remercie du fond du cœur.»

Damien, 21 ans.

QUI ?

Le don de moelle osseuse est possible pour toutes les personnes, en bonne santé, âgées de 18 à 51 ans. Elle doivent respecter les 3 principes du don : anonymat, gratuité et consentement.

Devenir donneur de moelle osseuse, c’est d’abord faire la démarche de s’inscrire sur un fichier. C’est s’engager à répondre présent le jour où la compatibilité avec un malade est établie.

L’inscription consiste en :

. Une information sur le don de moelle osseuse

. Un entretien médical

. Une prise de sang pour déterminer votre « carte d’identité sanguine » (appelée typage HLA)

Quelques éléments de la Check list :

- avoir - de 51 ans

- être en parfaite santé

- répondre à un questionnaire de santé et faire des examens biologiques

A noter : ces contre-indications ne sont pas exhaustives. Seul le médecin de l’Etablissement Français du Sang peut, à la suite de l’entretien médical (dont l’objectif est de garantir la sécurité du donneur et du receveur), déterminer votre aptitude au don.

OÙ ?

Pour l’inscription, dans un centre d’accueil de l’établissement français du sang. En cas de compatibilité avec un patient, le don de moelle osseuse se déroule dans un hôpital équipé.

COMMENT ?

Le don de moelle osseuse passe par 8 étapes incontournables :

1. Avant de s’inscrire comme volontaire au don, on prend le temps de s’informer et de réfléchir à son engagement.

2. Demande d’inscription à l’aide d’un formulaire sur Internet ou papier.

3. Le centre d’accueil le plus proche rentre en contact avec le donneur. Un entretien médical et une prise de sang sont réalisés afin d’évaluer les éventuels risques pour le malade et pour le donneur. À partir de son échantillon de sang, des examens biologiques sont réalisés pour déterminer les caractéristiques de sa moelle osseuse afin de pouvoir les comparer à celles des malades qui ont besoin d’une greffe.

4. Si aucune contre-indication ne l’empêche, l’inscription sur le Registre France Greffe de Moelle est validée.

5. Chaque jour, le Registre est consulté. Un jour, les caractéristiques correspondent à celles d’un malade et le donneur est alors contacté par le médecin du centre d’accueil.

6. Il passe à nouveau un entretien et des examens pour vérifier son état de santé et préciser son profil. S’il est compatible, le prélèvement est planifié par le centre d’accueil, entre 1 et 3 mois à l’avance.

7. Le prélèvement des cellules de moelle osseuse est effectué, soit par prélèvement de sang (un peu sur le même principe qu’un don de plaquettes), soit par ponction en superficie dans les os postérieurs du bassin sous anesthésie générale.

8. Le greffon est greffé au malade (transfusion).

www.laurettefugain.org

www.dondemoelleosseuse.com

 

Le don de sang de cordon

“Profiter de la naissance d’un enfant pour offrir en même temps la vie à quelqu’un d’autre, c’est merveilleux non ?»

Elsa, 20 ans.

QUI ?

Les femmes enceintes peuvent toutes se porter candidate au don de sang de cordon. Elles doivent cependant remplir 5 conditions au préalable :

1 : Passer un entretien avec un médecin spécialiste durant la grossesse

2 : Accoucher dans une maternité habilitée

3 : Procéder à des examens cliniques gratuits du bébé, à la naissance et vers l’âge de 3 mois.

4 : Effectuer une analyse du sang en vue de dépister d’éventuelle maladie infectieuse

5 : Faire figurer une mention spéciale sur le carnet de santé de l’enfant.

OÙ ?

Quelques maternités seulement travaillent avec les banques de sang de cordon du Réseau Français de Sang Placentaire, piloté par l’agence de la biomédecine. Les pouvoirs publics travaillent à la généralisation des centres de prélèvement de sang de cordon dans les hôpitaux. La Fondation Générale de Santé et l’Etablissement Français du Sang ont notamment signé un partenariat afin d’augmenter le nombre de maternités collectrices.

COMMENT ?

Le sang de cordon est collecté lors de l’accouchement, après la naissance et avant la délivrance. Ce n’est pas douloureux, ni dangereux pour la femme ou pour l’enfant.

www.laurettefugain.org

www.sangdecordon.org

 

Le don d’organes

“On a discuté avec mes parents du don d’organes. Maintenant je sais que quoi qu’il arrive, ma décision sera respectée, et mes proches n’auront pas l’angoisse de devoir faire le choix à ma place. »

Cécilia, 18 ans.

QUI ? OU ? COMMENT ?

L’essentiel des organes prélevés provient de personnes décédées en état de mort cérébrales, ce qui représente environ 1% des décès en hôpital. La mort encéphalique ou mort cérébrale désigne l’arrêt brutal, définitif et irrémédiable de toutes les activités du cerveau.

www.association-gregorylemarchal.org

www.greffedevie.fr